01/ 07

FRANGO

La délinquance graphique mis en exergue dans cet ouvrage est l’illustration de cette association d’idées préconçues. Il a toujours existé une dichotomie entre le domaine privé et le domaine public, le groupe qui possède et celui qui partage. Cette dualité subsiste encore aujourd’hui dans l’affichage. Ce projet est une adaptation du concept de "l'atourisme". Le A privatif, implique au lecteur de voyager différement que par les stéréotypes liés au tourisme de masse (selon la définition de Gille Deleuze). J'ai donc choisi de faire la visite de la ville à travers l'affichage public. Ce travail fait référence au oeuvres de Jacques Villeglé et de Raymond Hains.

Les structures publicitaires urbaines les plus exposées sont souvent privées. A contrario, les panneaux d’affichage libre sont souvent dans des lieux plus reculés, bien que visibles, ils sont toujours fondus dans la masse, plaqués sur un mur. Sur ces pans de mur règne l’anarchie, la colle est les affiches se superposent, une sorte de pêle-mêle pictural se créé qui est loin des canons publicitaires.